Accueil A la une Rabiot, la provocation de trop